Saint Médard et Sœur Rosalie

Voici l’histoire de saint Médard et sœur Rosalie, deux grandes figures de notre Eglise qui ont marqué notre quartier Mouffetard : saint Médard, sanctifié au XVe siècle sous Charles VII et sœur Rosalie, née en 1786, qui a énormément aidé les miséreux et les enfants.

 

Qui était saint Médard ?

Vitrail représentant saint Médard Paroisse Saint-Médard de Landelles (28)

Evangélisation et charité

Saint Médard voit le jour vers 456-458 à Salency à « une lieue de Noyon ». Il sera successivement évêque de Noyon et de Tournai. Il décède en 560 et sa réputation de sainteté fait très rapidement de sa tombe à Soissons un lieu de pèlerinage.

 

Naissance et éducation

Saint-Médard voit le jour vers 456-458 à Salency à « une lieue de Noyon ». Nectaire, son père, converti au christianisme, est le seigneur de Salency et sa mère Protagie de famille gallo-romaine.

Très tôt, Médard se fait connaître par la sainteté de sa vie ; on raconte qu’un jour il a donné son habit à un aveugle ; qu’un autre jour, il a donné un des chevaux appartenant à son père à un voyageur. Et si sa charité grandit avec l’âge, il est aussi de bon conseil ; les villageois n’hésitent pas à venir le consulter.

Après avoir fréquenté l’école du village, il part dans les écoles littéraires de Vermand et de Tournai.

 

Prêtre puis évêque de Vermand

Remarqué par Alomar, l’évêque de Vermand, ce dernier l’élève au sacerdoce en 489. Médard devient alors le puissant et infatigable auxiliaire de l’évêque.

Tous les traits qu’on rapporte à son sujet sont des actes de bonté. Il donne de larges aumônes à tous les indigents, y compris les paresseux.

Après la mort d’Alomar, il est appelé à gouverner l’Eglise de Vermand.
Médard refuse, prétextant son grand âge, puis finit par céder devant l’insistance du roi Clotaire I, du peuple et surtout du saint Pontife Rémi. Il est donc sacré évêque de Vermand en l’an 530 par saint Rémi.

 

Evêque de Noyon et de Tournai

Deux ans plus tard, devant la crainte des barbares, il transfère sa résidence à Noyon (Noviomagus). Médard va fonder et affermir l’Eglise de Noyon. Il érige cette ville en un évêché uni à Tournai en 581.

Sainte Radegonde (518-587), la fille du roi de Thuringe et femme du roi Clotaire, reçoit le voile des mains de St Médard puis fonde la grande abbaye de Ste Croix à Poitiers.

Saint-Médard connait beaucoup de difficultés avec le diocèse de Tournai, car les invasions ont ramené les superstitions païennes. Tournai est alors sous la domination des Francs Saliens et devient le berceau de la dynastie mérovingienne. Clovis, qui y naît en 465, en fait le siège d’un évêché.

 

Protecteur du royaume de France

Sa mort, le 8 juin 560, est un sujet de deuil non seulement pour ses diocésains mais pour tous les Français habitués à vénérer en lui un protecteur et un père. Comme Noyon et Tournai se disputent sa dépouille, Clotaire vient la réclamer. Il porte lui-même le corps du saint et fait solennellement déposer ses restes à Soissons, sa capitale.

St Médard prend rang de saint protecteur de la royauté française au temps de Charles VII (1427-1462), tout comme Radegonde, particulièrement honorée elle aussi par ce souverain.

Pour finir, saint Médard est  le patron

des agriculteurs et des viticulteurs.

 

Prier saint Médard :

 

Seigneur notre Dieu,
Par la vie et la prière de nos pères dans la foi,
Tu nous encourages à être
De vrais témoins de l’Evangile ;
Que l’exemple de saint Médard,
Qui inspira jadis les peuples de Noyon et de Tournai,
Continue à stimuler l’Eglise d’aujourd’hui.

 

En savoir +

 

  • Ecoutez l’interview du père Albert Gambart sur la vie de saint Médard

 

 


La vie de soeur Rosalie Rendu, l’apôtre du quartier Mouffetard

Pendant plus de cinquante ans depuis son arrivée dans la quartier jusqu’à sa mort, soeur Rosalie a sillonné le 5e arrondissement, extrêmement misérable pour soulager toutes les peines et éduquer tous les jeunes. A sa mort, ils furent des milliers à suivre son cercueil jusqu’au cimetière Montparnasse où elle repose. sœur Rosalie Rendu a été béatifiée par la pape Jean-Paul II en 2003.

 

Jamais je ne fais si bien l’oraison que dans la rue.

 

Envoyée à Mouffetard, auprès des miséreux

Le bureau de charité, dont sœur Rosalie a la charge, doit faire face à cette extrême pauvreté, avec des moyens limités. sœur Rosalie déploie une activité sans limites au service des pauvres. Elle les visite, leur apporte réconfort et assistance ; elle veille les malades et les mourants.Née en 1786 dans le pays de Gex (près de Genève), sœur Rosalie entre à quinze ans au noviciat des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, à Paris. Très vite, elle est envoyée au faubourg Saint Marceau, sur le territoire de la paroisse Saint-Médard. La rue Mouffetard et ses abords sont alors des quartiers misérables. Le chômage y sévit. Les épidémies y sont fréquentes. La faim tenaille de nombreuses familles.

 

Fondation de la première crèche

En 1820, elle fonde une école dans la maison de secours de la rue de l’Epée-de-bois. En 1844, elle y ajoute une des premières crèches. Les femmes peuvent ainsi laisser leurs enfants pour aller travailler.

 

La réputation de charité de sœur Rosalie passe les limites du quartier

De nombreux donateurs lui permettent d’amplifier son action. Dans son parloir se presse une foule toujours plus nombreuse. Des étudiants de la Sorbonne sollicitent ses conseils pour, à leur tour, se mettre au service des pauvres. Parmi eux, le bienheureux Frédéric Ozanam, fondateur de la société de Saint-Vincent-de-Paul.

 

Au milieu des barricades

Pendant les troubles des années 1830 et les journées révolutionnaires de 1848, elle s’interpose entre les combattants. En 1848, elle sauve de la foule un officier et monte sur les barricades : « Mais cessez donc le feu ! N’ai-je pas assez de veuves et d’orphelins à nourrir ? » Le calme revient dans le faubourg.

Pauvre au milieu des pauvres, sœur Rosalie donne jusqu’à la fin de sa vie le témoignage de la compassion et de l’amour. À sa mort en 1856, c’est le quartier tout entier qui suit son cercueil. Ceux qu’elle avait tant aimés lui rendent ainsi un magnifique hommage.

Sœur Rosalie a été béatifiée par le pape Jean-Paul II, le 9 novembre 2003.
Une chapelle lui est dédiée dans l’église Saint-Médard.
Une statue, œuvre du sculpteur Alain Courtaigne, rappelle son action.

 

Photos de la statue de sœur Rosalie

Homélie du pape Jean-Paul II pour la béatification de sœur Rosalie

A une époque troublée par des conflits sociaux, Rosalie Rendu s’est joyeusement faite la servante des plus pauvres, pour redonner à chacun sa dignité, par des aides matérielles, par l’éducation et l’enseignement du mystère chrétien, poussant Frédéric Ozanam à se mettre au service des pauvres.

Sa charité était inventive. Où puisait-elle la force pour réaliser autant de choses ? C’est dans son intense vie d’oraison et dans sa prière incessante du chapelet, qui ne la quittait pas. Son secret était simple : en vraie fille de Vincent de Paul, comme une autre soeur de son temps, sainte Catherine Labouré, voir en tout homme le visage du Christ. Rendons grâce pour le témoignage de charité que la famille vincentienne ne cesse de donner au monde !

En savoir +

 

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.