10 février 2019 :
Bienheureuse Rosalie ou comment devenir saint !

Cette année, nous avons pour thème rien de moins que « Devenir Saint » ! Et pour cela, nous nous sommes inspirés de l’Exhortation apostolique du pape François, « Gaudete et Exultate ». Il nous invite, entre autre, à prendre conscience de cinq grandes caractéristiques indispensables, pour comprendre le style de vie auquel le Seigneur nous appelle.

Ces cinq caractéristiques sont comme un portrait de soeur Rosalie.

Endurance, Patience et douceur ! Soeur Rosalie a traversé un siècle en crise : Trois révolutions, deux empires, trois monarchies, deux républiques ! deux épidémies de choléra ! A travers tous ces remous, elle a poursuivi la même mission au service des pauvres du quartier Mouffetard, tantôt en habit religieux, tantôt en civil selon le régime en place. Il n’y a jamais eu chez elle de trace de répulsion, de lassitude, ou de remise en cause de ses choix.

Joie et sens de l’humour : à lire la biographie de soeur Rosalie, on sent bien que la joie était présente dans sa vie, dans l’énergie qu’elle mettait à rencontrer les pauvres du quartier et à encourager ses soeurs dans cette tâche souvent si difficile. Mais, dans la vie sociale, ce n’était pas vraiment la joie ! « On est malheureux à Paris, et les personnes religieuses sont persécutées et vous ne vous faites pas une idée des craintes qu’on peut avoir pour l’avenir ! » écrivait-elle à une parente. Dans une période de forte répression, soeur Rosalie avait porté secours à des hommes accusés d’avoir pris part à la révolte. Cela lui valut une visite du préfet de police venu l’arrêter. « Savez-vous ma soeur, que vous êtes gravement compromise ? Au mépris des lois, vous avez fait évader un officier de l’ex garde Royale. » Réponse de la soeur, pleine d’humour et d’aplomb ! « Monsieur le préfet, je suis fille de la Charité : je n’ai pas de drapeau et je viens en aide aux malheureux où je les rencontre… Je vous promets, si jamais vous étiez poursuivi vous-même et que vous me demandiez secours, il ne vous serait pas refusé ! »

Audace et ferveur ! L’audace de soeur Rosalie est inouïe ! Pendant l’épidémie de choléra, elle est en première ligne : « Tant que dura la contagion, aucune faiblesse, aucun trouble, aucune peur n’atteignit son âme ! Toujours la première à la veille, à la fatigue, à la tête de tous les dévouements qu’elle inspirait, elle anima les auxiliaires de son esprit de foi et de charité…. Pour les morts, elle fait également des choses invraisemblables ! Elle fabriquait des cercueils pour ensevelir les morts qu’elle ramassait dans les rues. Elle a renouvelé ce geste à l’époque du choléra ! » Elle trouvait réellement le Christ dans le service du plus pauvre : « C’est Jésus-Christ lui-même que nous allons servir, comme il faut avoir respect et dévotion envers ses membres souffrants ! »

En communauté : Fille de la Charité, soeur Rosalie l’était vraiment !Tournée vers les pauvres, mais soucieuse de sa communauté. Si bien que ses supérieurs qui appréciaient ses qualités lui confièrent beaucoup de postulantes : l’une d’entre elles écrit : « c’est en 1851 que j’eus le bonheur de connaître ma Soeur Rosalie lorsqu’elle me reçut pour postuler, je n’oublierai jamais l’impression que me produisit la vue de cette sainte fille si humble, si simple avec son tablier blanc ! »

En prière constante : Voici la vision que « Mr Vincent » a des Filles de la Charité : « Elles ont pour monastère les maisons des malades et celle où reste la supérieure. Pour cellule, une chambre de louage, pour chapelle, l’église paroissiale. Pour grille, la crainte de Dieu, pour voile, la sainte modestie, pour profession, la confiance continuelle dans la providence, l’offrande de tout ce qu’elles ont ! »

Tout le portrait de soeur Rosalie Rendu ! Et pourquoi pas un peu le nôtre !

Bienheureuse Rosalie ou comment devenir saint !

Cette année, nous avons pour thème rien de moins que « Devenir Saint » ! Et pour cela, nous nous sommes inspirés de l’Exhortation apostolique du pape François, « Gaudete et Exultate ». Il nous invite, entre autre, à prendre conscience de cinq grandes caractéristiques indispensables, pour comprendre le style de vie auquel le Seigneur nous appelle.

Ces cinq caractéristiques sont comme un portrait de soeur Rosalie.

Endurance, Patience et douceur ! Soeur Rosalie a traversé un siècle en crise : Trois révolutions, deux empires, trois monarchies, deux républiques ! deux épidémies de choléra ! A travers tous ces remous, elle a poursuivi la même mission au service des pauvres du quartier Mouffetard, tantôt en habit religieux, tantôt en civil selon le régime en place. Il n’y a jamais eu chez elle de trace de répulsion, de lassitude, ou de remise en cause de ses choix.

Joie et sens de l’humour : à lire la biographie de soeur Rosalie, on sent bien que la joie était présente dans sa vie, dans l’énergie qu’elle mettait à rencontrer les pauvres du quartier et à encourager ses soeurs dans cette tâche souvent si difficile. Mais, dans la vie sociale, ce n’était pas vraiment la joie ! « On est malheureux à Paris, et les personnes religieuses sont persécutées et vous ne vous faites pas une idée des craintes qu’on peut avoir pour l’avenir ! » écrivait-elle à une parente. Dans une période de forte répression, soeur Rosalie avait porté secours à des hommes accusés d’avoir pris part à la révolte. Cela lui valut une visite du préfet de police venu l’arrêter. « Savez-vous ma soeur, que vous êtes gravement compromise ? Au mépris des lois, vous avez fait évader un officier de l’ex garde Royale. » Réponse de la soeur, pleine d’humour et d’aplomb ! « Monsieur le préfet, je suis fille de la Charité : je n’ai pas de drapeau et je viens en aide aux malheureux où je les rencontre… Je vous promets, si jamais vous étiez poursuivi vous-même et que vous me demandiez secours, il ne vous serait pas refusé ! »

Audace et ferveur ! L’audace de soeur Rosalie est inouïe ! Pendant l’épidémie de choléra, elle est en première ligne : « Tant que dura la contagion, aucune faiblesse, aucun trouble, aucune peur n’atteignit son âme ! Toujours la première à la veille, à la fatigue, à la tête de tous les dévouements qu’elle inspirait, elle anima les auxiliaires de son esprit de foi et de charité…. Pour les morts, elle fait également des choses invraisemblables ! Elle fabriquait des cercueils pour ensevelir les morts qu’elle ramassait dans les rues. Elle a renouvelé ce geste à l’époque du choléra ! » Elle trouvait réellement le Christ dans le service du plus pauvre : « C’est Jésus-Christ lui-même que nous allons servir, comme il faut avoir respect et dévotion envers ses membres souffrants ! »

En communauté : Fille de la Charité, soeur Rosalie l’était vraiment !Tournée vers les pauvres, mais soucieuse de sa communauté. Si bien que ses supérieurs qui appréciaient ses qualités lui confièrent beaucoup de postulantes : l’une d’entre elles écrit : « c’est en 1851 que j’eus le bonheur de connaître ma Soeur Rosalie lorsqu’elle me reçut pour postuler, je n’oublierai jamais l’impression que me produisit la vue de cette sainte fille si humble, si simple avec son tablier blanc ! »

En prière constante : Voici la vision que « Mr Vincent » a des Filles de la Charité : « Elles ont pour monastère les maisons des malades et celle où reste la supérieure. Pour cellule, une chambre de louage, pour chapelle, l’église paroissiale. Pour grille, la crainte de Dieu, pour voile, la sainte modestie, pour profession, la confiance continuelle dans la providence, l’offrande de tout ce qu’elles ont ! »

Tout le portrait de soeur Rosalie Rendu ! Et pourquoi pas un peu le nôtre !

Père Albert Gambart

 

Ci-dessous la feuille dominicale complète (éditorial et annonces) que vous pouvez télécharger

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.