3 novembre 2019 :
Descend de ton arbre !

 

Comme Zachée, nous aimons voir passer les processions, monter sur un arbre pour profiter du spectacle de la manière la plus efficace !  C’est tellement vrai lorsqu’une vedette de la télé, de la politique ou de l’Eglise est annoncée quelque part !

« Zachée, descends vite ! » Jésus invite Zachée à sortir du rôle du spectateur, et à entrer dans le rôle de l’accueillant, de l’hôte !  « Aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer chez toi ! » Et Zachée accueille Jésus en sa maison, il lui ouvre son cœur, le miracle se produit ! « Je fais don au pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un je vais lui rendre quatre fois plus ! » Jésus ne demande rien à Zachée, sinon de demeurer chez lui.  Il ne lui fait pas la morale, il ne lui intime pas l’ordre de vivre en « bon chrétien » ! « Il faut que j’aille demeurer chez toi » ! Nous aussi, pour que notre charité soit vraiment active, il faut que Jésus demeure en nous ! Sinon, le mouvement de notre générosité peut être pollué par notre culpabilité : je n’aime pas vraiment celui à qui je donne, mais je me sens mieux quand je le fais.  Il peut être pollué par notre activisme militant :  je fais la charité pour bien montrer aux autres à quel point ils sont nuls, et combien moi, je suis bien.  Il peut aussi être pollué par notre désir de paraître : regardez comme je suis généreux, contemplez l’épaisseur de mon chèque. Vous me direz que c’est déjà pas mal, car quelque chose se fait pour le pauvre. L’ennui, c’est que dans cette charité business, le pauvre disparaît au profit de mon égo !

Le chrétien est d’abord invité à descendre de son arbre, pour accueillir le Christ. Dans ce mouvement même, son cœur s’ouvre !  Dans le livre de l’Apocalypse (3,20), le Seigneur parle : « Moi, tous ceux que j’aime, je leur montre leurs fautes, et je les corrige. Eh bien, sois fervent et convertis-toi. Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. »

Elle est là, la source de la charité véritable !  Devenir un saint, c’est ouvrir sa porte pour accueillir le Christ à notre table ! C’est accepter qu’il nous révèle à nous-mêmes. Alors nous nous découvrons pauvres pécheurs !  Jésus nous guérit jour après jour de notre égocentrisme et de notre violence. Nous devenons vraiment généreux dans la relation même que nous entretenons avec les autres, quels qu’ils soient ! Cette générosité va bien au-delà d’un échange économique ! Elle est la générosité même du Christ, qui du haut de l’arbre de la croix sur lequel nous le rejetons, continue d’intercéder pour que la dette du péché soit remise à l’homme pécheur !  « Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! »

 

Père Albert Gambart

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.