28 avril 2019 :
Sévère, Distant, Professoral, Souriant, Comment l’imaginez-vous ?

 

 

 

« Thomas, avance ton doigt ici, et vois mes mains … cesse d’être incrédule, sois croyant. » Jn 20,27.

Nous connaissons bien ces paroles de Jésus et, plus encore, celles de Thomas « …non,  je ne croirai pas …. » Et si nous les citons souvent et que nous nous reconnaissons en Thomas, c’est que, nous aussi, nous avons quelques questions sur la foi, ce qui est habituel et pas anormal du tout.

Huit jours après Pâques, Thomas n’est pas seulement avec ses amis, les disciples ; Jésus est là et c’est lui qui parle. Quel ton de voix peut-il bien avoir ? Tant de fois il a enseigné et, dans l’évangile de Jean, il peut être professoral : ici, serait-ce le maître qui enseignerait à Thomas, comme à un mauvais élève, qu’il est ressuscité ? Souvent également,  la parole de Jésus a ‘secoué’ les Douze : Thomas serait-il en train de recevoir un savon ?

Lisons bien le texte : déjà, et par trois fois, Jésus a dit à ses disciples : «  La paix soit avec vous ! » Ce n’est pas un slogan électoral ; c’est ce qui vient de la profondeur de son cœur, un cœur qui a toujours débordé d’amour, de bienveillance et d’accueil pour chacun et pour les foules. Ce cœur transpercé sur la croix et d’où jaillit jusqu’à la fin des temps une tendresse incroyable, une source de joie et de paix pour l’humanité entière. En ces jours de Pâques, ce ne peut être qu’une parole habitée par une tendresse souriante, celle qui fait comprendre à Thomas qu’il peut, avec un amour inconnu jusqu’à ce jour, dire avec toute la force de sa  joie et  de son cœur : « Mon Seigneur et mon  Dieu ! »

La miséricorde de Jésus, telle que nous la fêtons aujourd’hui, n’est pas raide ou sévère. Elle est faite de cette très forte douceur habitée par la joie et la bienveillance, débordant d’amour et de confiance ; elle sourit à chacun. Elle va vers les pécheurs, vers les blessés de la vie et les malades, vers les sinistrés des guerres, des attentats, des catastrophes. Elle est, grâce à la générosité des peuples et la prière de beaucoup, pour le peuple du Sri Lanka et les chrétiens de Colombo si violemment touchés le jour de Pâques.

Nous aussi, osons nous approcher de Jésus en sa miséricorde, puiser dans les trésors de l’Eucharistie et de la Réconciliation, les célébrer et en vivre. Et bien sûr nous agirons concrètement avec miséricorde, en paroles et en actes.

P.Bernard Bommelaer

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.