15 décembre 2019 :
Le dimanche de la joie

 

Ce dimanche est aussi appelé dimanche « Gaudete ». En effet, dans le missel romain, l’introduction de la messe commence par la phrase : « Gaudete in Domino semper » c’est-à-dire : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ». L’Église rappelle ainsi sa joie dans l’attente de l’avènement du Christ.

Le mystère de Bethléem nous révèle « Dieu-avec-nous », Dieu qui est proche de nous, pas uniquement au sens géographique et temporel. Il a en quelque sorte « épousé » notre humanité. Il a pris sur lui notre condition, en choisissant d’être comme nous en toutes choses, excepté le péché, pour nous faire devenir comme Lui.

La joie est une attitude qui accompagne l’espérance. Il est difficile pour une personne qui n’a rien à espérer d’être heureuse. La joie chrétienne jaillit donc de la certitude que Dieu est proche. Il est avec moi, dans la joie et dans la douleur, dans la santé et la maladie, comme un ami et un époux fidèle. Cette joie ne reste pas à la surface, mais elle demeure au plus profond de la personne qui met en Dieu sa confiance.

Ce dimanche, l’Eglise rappelle la proximité libératrice de Dieu et allume l’espoir dans le cœur des croyants. « Ne vous inquiétez pas, réjouissez-vous, car la délivrance arrive ». Dans la première lecture, le prophète Isaïe annonce l’arrivée de Dieu. Il vient libérer son peuple et le conduire, dans un scénario de joie et de célébration, au pays de la liberté.

La joie du disciple n’est pas un sentiment de bien-être individualiste mais une certitude qui naît de la foi, apaise le cœur et rend capable d’annoncer la bonne nouvelle de l’amour de Dieu. Connaître Jésus est le meilleur cadeau que peut recevoir une personne. L’avoir rencontré est pour nous ce qui peut arriver de mieux dans la vie. Le faire connaître par notre parole et notre joie c’est notre plus grande mission. Marchons vers le Seigneur, redressons-nous et relevons la tête, car notre rédemption approche. Restons éveillés et prions en tout temps, le Seigneur nous donnera la paix et la joie.

 

Père Anderson Marçal Pires

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.