Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Sortez-de-vos-tombeaux-venez-a-la-vie
      Sortez de vos tombeaux, venez à la vie !

Sortez de vos tombeaux, venez à la vie !

Editorial du dimanche 2 avril 2017, 5ème dimanche de Carême - par le p. Aloys Shanyungu
Après l’épisode de « l’eau vive » pour la Samaritaine et celui de la « guérison » de l’aveugle-né, c’est un ami de Jésus qui nous est présenté, en ce dernier dimanche de carême. Il s’appelle, ou mieux, on l’appelle : « Lazare » ! Nom qui, en hébreu, peut signifier : « sans espoir ! »


Lorsque Jésus arrive à Béthanie, Lazare (frère de Marthe et Marie) est mort, même si Jésus suggère à ses disciples que son ami « s’est endormi » seulement. Mais en fait, il est déjà enterré. Le pauvre Lazare est non seulement enterré, mais bien ligoté… On lui a mis des bandelettes autour de ses bras et de ses jambes, un voile sur le visage, il est « sans vie » dans un tombeau, avec une grosse pierre devant ! Est-ce que Lazare, comme d’ailleurs l’aveugle-né, ne nous représenterait pas ? Notre humanité, en bien des lieux, n’est-elle pas sans espoir, ligotée, aveugle, à la dérive, sentant la mort ? « Ce n’est plus une vie ! Il vaudrait mieux mourir ! », entendons-nous souvent. Exclamation désolée de bien des gens quand les difficultés se multiplient, quand les conditions de vie deviennent de plus en plus dures ! La porte du « désespoir » est ouverte !

Lazare n’était plus un « vivant », mais un cadavre. Ses sœurs avaient tant espéré que « le Maître » (Rabbî) ait pu l’empêcher de mourir. Désormais, c’était trop tard… Elles deviennent, elles-aussi, d’une certaine manière, des « Lazare », c’est-à-dire des « sans espoir ». Et nous représentent assez bien, si nous sommes sincères avec nous-mêmes. « Vous saurez que Je suis le Seigneur » (Ez. 37,14) ; « près du Seigneur est l’amour » (Ps 129).

Le miracle du « réveil » (ou résurrection) de Lazare – le 7e raconté par saint Jean- nous dit que Dieu veut, pour les hommes, la vie en plénitude. En montant « réveiller » son ami, Jésus sait qu’il signe sa propre mort. Mais c’est pour un être aimé qu’il donne sa vie. Son geste doit donc nous donner l’espérance de la résurrection. Bien plus que d’être ramenés à la vie terrestre, à la suite du Christ, nous ressusciterons, car « Celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels » (Rom 8, 11). En rendant Lazare à la vie, Jésus se manifeste à nous comme celui qui est la Résurrection et la Vie. Il nous engage ainsi sur le même chemin d’amour et de miséricorde. Du coup, il nous associe aussi à la transfiguration de ce monde et à l’annonce du Royaume : seuls le pardon et l’amour sont « vainqueurs de la mort ». Ayons donc le courage de sortir de nos « tombeaux » !

Abbé Aloys Shanyungu

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour