Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Que-Dieu-tout-puissant-vous-fasse-misericorde
      "Que Dieu tout puissant vous fasse miséricorde..."

"Que Dieu tout puissant vous fasse miséricorde..."

Editorial du dimanche 14 février, 1er dimanche de Carême - par le p. Bernard Bommelaer.
Regardons : il y a beaucoup de beaux gestes et de belles attitudes autour de nous, et chacun de nous peut s’y reconnaître.


Ainsi : partage financier avec des proches ou pour des associations caritatives, temps passé auprès de malades, aide aux devoirs d’enfants étrangers, nuits passées ou repas préparés et partagés avec les personnes accueillies pour ‘Hiver Solidaire’, et tant d’autres actions souvent accomplies avec la plus grande discrétion. Nous ne pouvons que nous en féliciter : n’est-ce pas d’ailleurs un des points dont nous entendions Jésus nous parler le jour du Mercredi des Cendres !

Comme nous avons des yeux, des oreilles et un cœur, nous découvrons combien sont nombreuses les situations de détresse autour de nous et sur toute la terre. Mais au fait, ne ferions-nous pas partie de cette humanité très terrestre et, nous-mêmes, n’aurions-nous pas besoin de cette miséricorde ? Miséricorde dont le Seigneur notre Dieu est l’acteur principal, miséricorde exercée aussi par nos proches à notre égard.
Il ne nous est pas facile de reconnaître que nous avons besoin de cette attention de la part de nos proches, et de leur aide. Découvrir nos manques et nos erreurs ne nous est pas familier ; parfois même cette attitude nous humilierait. Nous avons été formés à donner, à nous pencher sur autrui, à venir en aide à quiconque, et voici qu’aujourd’hui nous est dit : ‘Regarde quelle est ta faiblesse, prends conscience de tes propres failles, découvre les blessures que tu as infligées’.

Au désert, Jésus a fait appel à la Parole de son Père, et le Tentateur a fini par s’en aller. Le psalmiste se tourne vers le Seigneur et lui dit : « Mon refuge, mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr. ». Nous aussi, avec juste une pincée, quelques grammes de foi, reconnaissons que nous avons besoin du secours de Dieu notre Père, de sa force et de sa miséricorde. Et comme nous sommes des êtres de chair et de sang, pétris de relations humaines, il nous faut grandir en simplicité, voire en humilité, pour découvrir combien nous avons besoin d’autrui. La bienveillance et la miséricorde de nos proches nous font grandir si nous les acceptons… et c’est là la question. Découvrir ce dont nous avons besoin, faire acte de vérité et d’humilité en nous-mêmes, et accepter, voire demander le regard, la parole, l’attitude de bienveillance, de miséricorde et de pardon qui nous remettront en route et nous feront grandir.

Carême et Année de la Miséricorde font bon ménage : ces chemins nous sont proposés : les suivre avec vérité et simplicité pourrait être notre lot.

P. Bernard Bommelaer

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour