Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Pour-toi-qui-suis-je-reellement
      Pour toi, qui suis-je réellement ?

Pour toi, qui suis-je réellement ?

Editorial du dimanche 19 juin 2016, par le p. Aloys Shanyungu.
Nous désirons souvent un être ayant tout pouvoir, capable de bouleverser d’un seul coup l’état des choses et d’établir instantanément la justice et le droit (tels que nous les concevons évidemment) ! Jésus vient donner réponse aux vœux les plus profonds de l’homme.


Mais, pour cela, il bouscule notre rêve, nous déconcerte. « Autre » que nous ne le voulons, il nous bouscule véritablement. C’est pour cela qu’il ne peut qu’être bafoué et rejeté ! Aussi se mettre à sa suite est-il très exigeant. Il nous faut de l’audace car, avec Lui, il faudra passer par un abîme de souffrances pour atteindre la gloire du Royaume.

On ne peut entrer dans ce royaume qu’à la condition de « se renier soi-même » et de « donner sa vie » : « Celui qui veut marcher à ma suite, dit Jésus à ses auditeurs, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive » (Luc 19, 23). En fait, c’est à un jeu de « quitte ou double », de « qui perd gagne », dirait-on, que Jésus invite la foule qui l’écoute, et ceux qui veulent vraiment se mettre à sa suite. « Sauver sa vie », c’est rechercher son propre épanouissement par des moyens humains à notre portée (culture, santé, goûter à tous les plaisirs possibles, etc.) C’est bien ce que notre monde préconise…

La question de Jésus « Pour vous qui suis-je ? » n’est pas curieuse ou affectueuse de la part d’un Maître ; c’est une vérification capitale et existentielle. Si vous ne pressentez pas qui JE suis, voudrait signifier Jésus, vous ne pourrez pas entrer dans la relation absolument unique qui doit vous lier à MOI. Nous voilà donc conviés à « tamiser » nos idées sur Jésus, chaque fois que nous lisons l’Evangile, et que nous essayons tant bien que mal de le vivre. « Qui SUIS-JE pour TOI, en ce moment ? », nous demande encore Jésus. Notre relation à Lui devient une recherche permanente d’une double identité : « Qui suis-je, Moi, maintenant ? » et « Qui est Jésus, pour moi, aujourd’hui ? » C’est d’ailleurs la vérité de toute relation, un réajustement réciproque, car les deux changent. Faisons nôtres ces paroles (qui sont en même temps « prière ») du Psalmiste : « Seigneur, ton amour vaut mieux que la vie ; tu seras la louange de mes lèvres ! » (Ps 62, 4). 

Abbé Aloys Shanyungu

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour