Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Naitre-et-renaitre
      Naître et renaître

Naître et renaître

Editorial du saint dimanche de Pâques par le p. Albert Gambart
Avec la fête de Pâque, nous sommes au point culminant de notre année liturgique. D’une certaine manière, nous sommes habitués à ces fêtes. Elles sont des points de repère dans notre vie, et la fête de Pâque marquant la fin du Carême et ouvrant sur les beaux jours, nous met du baume au cœur !


D’autre part, nous sommes atteints par la violence qui frappe notre monde, particulièrement celle qui se manifeste contre les chrétiens d’Orient. Je pense à ces attentats du dimanche des Rameaux contre deux églises coptes. Le climat de notre monde est inquiétant, et fait naître la peur. Nous nous demandons « où est la Pâque du Seigneur, dans ce monde en fureur ? »

Nous avons entendu depuis le dimanche des Rameaux, les évangiles qui racontent la passion du Christ. Le jeudi saint, Jésus lave les pieds de ses disciples. Lui, le maître et le Seigneur, il se met à leur service parce qu’il les aime, parce que le Père les aime. Dans le même chapitre de l’évangile selon saint Jean, quelques versets plus tard, Jésus leur donne le Commandement Nouveau : « Comme je vous ai aimés, que vous vous aimiez les uns les autres. En cela tous connaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » Là où Jean raconte le lavement des pieds, les autres évangélistes décrivent le dernier repas, la Sainte Cène. Dans ce dernier repas, le Christ se donne, corps livré et sang versé pour la multitude en rémission des péchés. Et il donne mission à ses apôtres : « Faites ceci en mémoire de moi ! »

Le geste du lavement des pieds est la mise en œuvre du Commandement Nouveau, l’exemple pratique donné par Jésus à ses disciples. Le Dernier Repas est l’acte fondateur qui trouve son accomplissement dans le sacrifice total du Christ sur la croix, offrant sa vie pour le salut de la « multitude ». La Résurrection du Christ, c’est l’attestation de la Vérité de ce salut, ce que saint Pierre annonce au centurion Corneille : « Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. »

La fête de Pâque, pour nous chrétiens, c’est l’affirmation que l’Amour de Dieu rejoint tous ceux qui se tournent vers lui. Il nous donne de naître à lui, dans la lumière de son Esprit. N’est-ce pas là le sens profond de la Communion que nous partageons. Christ est vivant, Ressuscité. En lui, nous trouvons la force de vivre de sa Vie. C’est cela la nouvelle naissance. Vivant de son Esprit, nous sommes appelés à devenir toujours plus témoins de cette Vie, par nos paroles, par nos actes, par l’Amour qui sort de nos cœurs en cette acclamation : Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Père Albert Gambart

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour