Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Marchons-a-la-lumiere-du-Seigneur
      Marchons à la lumière du Seigneur !

Marchons à la lumière du Seigneur !

Editorial du 27 novembre 2016, 1er dimanche de l’Avent - par le p. Albert Gambart
L’Evangile de ce premier dimanche de l’Avent est déconcertant. Il ne nous parle pas de Noël, mais, comme les textes des dimanches précédents, il parle de la colère de Dieu contre l’injustice et l’obstination de l’homme.


« Tenez-vous prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. » L’évangile se termine par cette phrase bien étrange, qui sonne un peu comme une menace ! Comment peut-on être prêt pour une heure que l’on n’attend pas ?

Paul, dans la lettre aux Romains, invite à la vigilance en rejetant les œuvres des ténèbres et en revêtant des armes de Lumière. Ainsi, la vigilance consiste à se rapprocher du Christ qui est lumière. Dans la lettre aux Ephésiens, Paul dit encore ceci : « Ne prenez aucune part aux activités des ténèbres, elles ne produisent rien de bon ; démasquez-les plutôt. Mais tout ce qui est démasqué est rendu manifeste par la lumière, et tout ce qui devient manifeste est lumière. C’est pourquoi l’on dit : Réveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera. » Le prologue de l’évangile selon saint Jean nous dit, à propos de la venue du Christ dans le monde : « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. »

Ainsi, veiller, c’est non seulement guetter la lumière, mais c’est marcher vers elle, qui est déjà là, brillant dans les ténèbres. Nous sommes invités à marcher vers le Christ, à nous en laisser illuminer. Nous devenons nous-mêmes lumière, et le Royaume de Dieu s’étend alors sur la terre. Alors, nous ne serons pas surpris par le retour du Seigneur puisque c’est lui qui nous illumine. Mais, si je reste dans les ténèbres, la lumière du Christ m’aveuglera et dévoilera tout ce que je veux cacher. Et alors, je peux craindre son retour.

Lu ainsi, cet évangile devient soudain porteur d’une lumineuse Espérance pour tous ceux qui ne veulent pas rester dans les ténèbres. La prophétie d’Isaïe nous invite à la joie, et c’est en ce sens qu’il faut lire l’évangile : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers…De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leur lance, des faucilles » Il nous faut demeurer dans la foi, car en elle, nous trouvons le chemin de la vie, l’invitation d’Isaïe s’adresse alors à nous ! 

« Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur ! »

Père Albert Gambart

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour