Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/La-vigne-du-Seigneur
      La vigne du Seigneur !

La vigne du Seigneur !

Editorial du dimanche 8 octobre, par le p. Albert Gambart.
Depuis 2 dimanches déjà, l’Evangile selon saint Matthieu nous invite à méditer sur la vigne, d’abord avec la parabole des ouvriers de la 11ème heure, puis avec la parabole du père et des ses deux fils : l’un dit « oui », et ne va pas à la vigne, l’autre dit « non », et, se repentant, va travailler à la vigne.


Cette semaine, c’est une parabole plus sévère encore que l’Evangile nous présente : celle des vignerons homicides. Terrible histoire des serviteurs qui pensent devenir les maîtres en la vigne qui leur est confié en tuant l’héritier légitime.

La vigne est le lieu où nous sommes tous appelés, jusqu’aux ouvriers de la 11ème heure. Elle est aussi le lieu où, bien qu’appelés, nous pouvons refuser d’aller, comme le fils qui dit « non ». La vigne est aussi le lieu du combat, de la convoitise et de la jalousie, lorsque nous l’accaparons, refusant de la partager, refusant d’en restituer le fruit à celui qui nous la confie, refusant d’entrer dans l’action de grâce. Les ouvriers vont jusqu’à tuer le fils, pensant ainsi avoir l’héritage. Dans le récit de la Genèse, le serpent tente ainsi Adam et Eve : « Dieu sait que si vous mangez du fruit de l’arbre vous serez comme des dieux ! » L’homme qui veut se faire dieu devient alors l’ennemi du Dieu de Miséricorde. Il sort de l’action de grâce ! En tuant le Fils, il coupe les ponts avec le Père.

Cette parabole de la vigne, Jésus la raconte aux grands prêtres et aux anciens du peuple. Il les appelle à le reconnaître, lui, le Fils, qui vient de la part du Père. Il annonce aussi qu’il va être la « pierre rejetée par les bâtisseurs ». Il prophétise que « le royaume de Dieu leur sera enlevé, pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits ». Jésus prononce là une parole très dure contre les grands prêtres et les anciens. Il révèle leur aveuglement, leur refus de voir en cet homme nommé Jésus le Fils du Très Haut. Jésus annonce sa propre mort sur la croix. Mais aujourd’hui encore, il nous invite à ne pas accaparer le royaume qui nous est confié, mais à travailler pour lui faire porter du fruit pour la gloire de Dieu et le salut des hommes.

Père Albert Gambart

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour