Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Jesus-et-Beelzeboul
      Jésus et Béelzéboul

Jésus et Béelzéboul

Editorial du dimanche 10 juin par le p. Guy-Fernand Kalouhohiko.
Les contemporains de Jésus ne cessent de s’étonner, de s’émerveiller. Ils voient en Lui une personne vraiment énigmatique au point qu’il n’est pas facile de le maîtriser. Aujourd’hui, ce sont ses proches qui l’accusent d’avoir « perdu la tête ». Même les parents de Jésus sont inquiets, ils pensent qu’il leur fait honte car il s’oppose aux autorités religieuses. Ils veulent le prendre avec eux.


Ils pensent que leur fils a perdu la raison. Et pourtant Jésus était déjà en train d’accomplir sa mission prophétique. Les scribes encore vont plus loin que les parents de Jésus. Ils l’accusent d’être complice de Satan et que c’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. Pourquoi tant de soucis, d’inquiétudes et d’imaginations ?

Il faut dire que Jésus se situe quasiment dans la lignée des prophètes qui ont subi les sarcasmes, les intrigues ou la persécution de leur famille et de bien d’autres personnes. A son époque, les gens regardaient les démons ou les esprits qui causaient des maladies de toutes sortes comme les agents d’une force du mal personnalisée. Si bien que les gens en voyant Jésus qui guérit, expulse les démons, s’émerveillent et commencent justement à s’interroger à son sujet. Malgré l’étonnement, l’émoi que suscitent ses actions, les adversaires savent et reconnaissent que ses œuvres dépassent les forces humaines mais refusent de les attribuer à la puissance de Dieu. L’accusation, par exemple, que les scribes portent contre Jésus signifie que Satan est ruiné. Il ne peut rien devant le règne adverse. Il ne peut pas empêcher le règne de Dieu de s’établir. Ayant compris leurs pensées, Jésus leur parle en parabole : comment Satan peut-il chasser Satan ? S’il s’est dressé contre lui, ne serait-il pas divisé ? Ou encore serait-il capable de se maintenir ? En réalité, Jésus est conscient que sa mission est de vaincre Satan qui règne sur le monde (Lc4,6), et de libérer ainsi les hommes que Satan considère comme ses biens (Mc3,27). C’est donc dire que Jésus se sait plus fort que l’homme fort. D’ailleurs, il arrive au démon de reconnaître que Jésus les domine (Mc5,7).

Que peut-on comprendre à partir de cet évangile pour nourrir notre foi ? A travers cet évangile, on peut comprendre que tous ceux qui dépensent leur temps et énergie au service de leurs frères, courent toujours le risque qu’on leur reproche de dépasser la mesure. Combien de parents n’ont-ils pas essayé de « saisir » leur fils ou leur fille appelé(e) par Dieu à servir leurs frères ! Croire qu’un esprit impur guide, inspire Jésus, ne s’agit-il pas là de prendre le bien pour le mal ? Ou encore de se fermer soi-même à l’action de Dieu qui sauve ?

p. Guy-Fernand Kalouhohiko

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour