Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/DEVENIR-SAINT
      DEVENIR SAINT !

DEVENIR SAINT !

L’Évangile des Béatitudes constitue la définition même de la sainteté telle que le pape François veut nous la faire découvrir.


Ce dimanche, nous allons être environ 250 paroissiens à nous retrouver à Notre Dame de l’Ouÿe . Nous nous inspirerons de l’exhortation apostolique du pape François, « Gaudete et Exultate » pour nourrir cette rencontre, et éclairer toute notre année !

L’Évangile des Béatitudes constitue la définition même de la sainteté telle que le pape François veut nous la faire découvrir : douceur, patience dans l’épreuve, compassion, soif de justice, miséricorde, pureté, paix : telles sont les effets de la sainteté qui se développe dans le cœur du croyant.

Le saint Père nous invite à nous poser la question par rapport à nous-mêmes : où en suis-je sur ce chemin ? Son invitation à notre propre conversion n’est pas à recevoir comme un défi, comme quelque chose à faire. Elle est l’invitation à s’ouvrir à la bonté même du Seigneur, qui passant par le cœur de l’homme, construit le peuple de Dieu.

En parcourant le chapitre 2 du livre de la Genèse et le chapitre 10 de l’évangile selon saint Marc, je me disais que cet appel à la sainteté s’adresse à tous les baptisés. Au début du livre de la Genèse, Dieu dit : « il n’est pas bon que l’homme soit seul ! » Pourtant, il est au milieu des animaux du paradis terrestres. Et cela ne comble pas sa solitude. C’est la création de la femme qui le révèle à lui-même, qui rompt son isolement. Il reçoit son épouse comme un don et la louange monte de son cœur vers le donateur, Dieu.
Dans l’évangile, les pharisiens posent la question de la répudiation de leur femme. On est bien loin de l’action de grâce pour le don de Dieu. L’homme est alors dans la possession de l’autre que l’on domine. « Quelles sont les conditions pour que je puisse jeter l’autre ? » La possession de l’autre, la convoitise, la jalousie, la colère contre Dieu, ce sont les conséquences du péché de l’homme depuis qu’il a cessé de regarder vers Dieu.
La réponse de Jésus renvoie ses interlocuteurs au récit de la Création : « Au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme…. Ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » Nous sommes avant le péché ! Seul Jésus pouvait dire cette parole, car comme Fils de Dieu Sauveur, lui seul peut briser l’enchainement du péché qui nous domine. Lui seul peut nous faire entrer à nouveau dans l’intention créatrice de Dieu.

Si nous suivons Jésus, nous sortons de la convoitise et nous entrons dans la générosité du don. La relation n’est plus vécue comme une domination de l’un sur l’autre, mais comme un don mutuel de l’un à l’autre, dans l’action de grâce de la rencontre !

Alors, le mariage est vraiment un chemin de sainteté. Le Sacrement du mariage construit l’Eglise. L’amour des parents est le terreau sur lequel les enfants vont pouvoir s’épanouir et s’ouvrir au monde dans la confiance ; suivre le chemin pour devenir saint.

Père Albert Gambart

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour