Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/Aimer-toujour-aimer
      Aimer ! ... toujour aimer !

Aimer ! ... toujour aimer !

Editorial du dimanche 29 octobre 2017, par le p. Aloys Shanyungu
« Aimer Dieu de tout son cœur » et « aimer son prochain comme soi-même » : deux amours, deux commandements, qui ne constituent finalement qu’un seul, le seul et le plus grand de tous les commandements, le sommet de l’amour. Les deux commandements sont indissociables.


Beaucoup de gens sont souvent tentés d’opposer « amour de Dieu » et « amour des hommes ». S’il est une chose que la révélation chrétienne se refuse toujours de cautionner, c’est bien le « choix » entre le service du Seigneur et le service des autres. L’un n’exclut pas l’autre, car l’authentique relation à Dieu comme Père, en nous libérant de toute aliénation, nous rend pleinement capables de nous ouvrir à ceux et celles que nous découvrons comme « frères », « sœurs » dans le Christ Jésus.

Tous les commandements bibliques n’ont certes pas la même importance. Cependant, qu’il s’agisse de l’Ancien ou du Nouveau Testament, l’essentiel demeure le même : « aimer Dieu », aimer comme Dieu aime, et « aimer son prochain » comme on s’aime. Le pari est de taille ! La Loi mosaïque (1ère lecture) a pour but d’exprimer les exigences intérieures d’un homme libéré de la servitude. C’est ainsi que le « code social » qui prolonge cette Loi est-il le complément indispensable du « code religieux », car il exprime au niveau humain le comportement de Dieu lui-même.

Saint Paul, par son attitude envers ses correspondants, les chrétiens de Thessalonique (2e lecture), a tenté de refléter l’amour de Dieu qui l’habite dans l’annonce de l’Evangile. Puissent alors les Thessaloniciens l’imiter à leur tour, en devenant un modèle de foi et d’amour pour tous ceux qui les entourent ! Notre comportement envers les autres est ce qui manifeste la réalité-vérité de notre relation (filiale) à Dieu. Tout comme notre attitude envers le « totalement Autre » est ce qui garantit l’authenticité de notre amour pour l’« autre-mon-prochain ». C’est alors que nous pouvons oser chanter, en toute sincérité, avec le psalmiste : « Je t’aime, Seigneur, ma force, mon roc, ma forteresse, le Dieu qui me libère, le rocher qui m’abrite, mon arme de victoire ! » Joyeuse fête de « tous les Saints » et pieuse commémoration de « tous les fidèles défunts » !

Abbé Aloys Shanyungu

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Edito

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour