Paroisse Saint-Médard 75005 Paris
http://saintmedard.org/ANNONCER-LA-BONNE-NOUVELLE-EST-NOTRE-MISSION
      ANNONCER LA BONNE NOUVELLE EST NOTRE MISSION

ANNONCER LA BONNE NOUVELLE EST NOTRE MISSION

Le mois consacré à la Mission va bientôt s’achever. Autrefois lorsque l’on parlait de mission, on pensait à ceux ou celles qui partaient pour annoncer le nom de Jésus chez les « infidèles » dans un pays lointain. Mais aujourd’hui le concept de mission n’est plus le même, nous comprenons que chaque baptisé est missionnaire là où il est.


L’ordre de Jésus est d’aller annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu dans le monde entier. Ce qui signifie aujourd’hui adapter l’annonce de l’Évangile aux différentes cultures, dans un esprit d’écoute et de dialogue, et aussi d’engagement à défendre la vie et l’environnement, comme nous le rappelle le Pape François.
Le sens de la mission est d’avoir une vraie rencontre personnelle avec Jésus Christ ; comme Bartimée, dans le récit de l’évangile de Marc (10,46-52).
Dans ce récit, il existe deux types de cécité, la cécité physique comme celle de Bartimée et l’aveuglement spirituel de ceux qui accompagnent Jésus. En effet ils ne se rendent pas compte de la triste situation de Bartimé en raison de leur attitude égoïste.

La dynamique de la mission nous ramène à plusieurs lieux et réalités là où existe encore un manque des valeurs de l’évangile et de la présence de l’Église. C’est pour cela que l’église devient toute entière missionnaire ; en effet elle se définit et se comporte désormais entièrement comme missionnaire.

Le courage et la confiance de Bartimée, ainsi que la sensibilité et la proximité de Jésus l’ont guéri, et grâce à lui la foule aussi a été guérie de son égoïsme. Ce récit expose le vrai sens de la mission de Jésus, l’accomplissement du salut annoncé par le prophète Isaïe ; la libération attendue par les pauvres, les démunis d’hier et d’aujourd’hui. La mission de Jésus doit toujours guider l’Église, mais plus particulièrement la communauté qui doit être un signe de communion et de fraternité.

Enfin, cet homme, Bartimée, a quelque chose de plus à nous apprendre sur la prière, surtout pour ceux qui croient ne pas savoir prier. Il insiste en appelant Jésus, et avec trois mots seulement il lui dit tout ce dont il a besoin. Manquons-nous de foi ? Alors disons-lui : « Seigneur augmente ma foi. Avons-nous des amis ou de la famille qui a abandonné la pratique de la religion ? Prions ainsi : Seigneur Jésus fais qu’ils voient ». La situation de l’aveugle est triste, mais beaucoup plus triste est celle du non croyant.

Avec le psaume de la célébration de ce trentième dimanche du temps ordinaire disons « quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête ». Nous louons Dieu pour les œuvres missionnaires, louons les merveilles réalisées grâce à la prédication de l’évangile à travers le monde.

P Anderson Marçal Pires

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Bonnenouvelle.fr

Diocèse de Paris

Saint(s) du jour

Lectures du jour